Pierre Drogi | Les huns (deux)
pour Christiane Tricoit (9 avril 2017)

« 
il y a deux races : celle des hommes et celle des assassins .

ou plutôt
non : il n’y a qu’une raceaux pensées d’araignéede derrièredouteuse –
hommes du souterraindémons de la perversitésortis soudain de leur fonddéfaits de leur gangue

indescriptible raildu fleuveplein d’atomes de mouettesagités
une hydrographiehasardeusedessine
(des rus penchésdes sacs d’alluvions et de sable)

partout des asphodèles poireaux de chien
l’émiettement natifet vif
de vosges déposées
dans leur
sable

au lieu-dit Les DésertsDounia ne tue pas .
fougères naissantes
pas dépliées,gauches,malhabiles

la femme de Praxias réduite aux yeux qu’on a guéris
front de marbre muré dans un pilastre
de grès
mais où reste la bouche ?
du fond bleu des yeux de marbre
« lumièrelumièrechérie »
regarde –
« il n’y a qu’une race »
regardeon a tracé
une ligne
à la craie
comme je m’extraiscomme je passe à l’homme
 »

11 septembre 2017