Rencontre avec l’œuvre de Naguib Mahfouz

Pour cette dernière séance avant la pause estivale, L’Atelier, les littératures en mouvement propose une rencontre avec l’œuvre du romancier égyptien Naguib Mahfouz. L’œuvre de ce prix Nobel de littérature 1988 abonde en thématiques qui nous parlent très étrangement aujourd’hui tant elles sont d’actualité, de plus en plus d’actualité, dirait-on. À la fois visionnaire et entendant le bruit sourd émis par la société où il vit, la période historique que le pays traverse, il nous emmène, parfois avec humour, parfois avec gravité, dans des petites histoires de familles, d’amours, de voisinages aux enjeux universels.

Lecture bilingue avec Grégoire Tachnakian, Hala Omran, Wissam Arbache et Pascal Battus (percussion horizontale).

— Vous n’êtes pas comme les autres et vous ne pouvez pas ne pas avoir de pensées qui sortent de l’ordinaire, des pensées justes, mais qui n’ont rien à voir avec de vieilles paroles, des habitudes, des survivances…
— C’est mon droit, c’est mon devoir d’être toujours fidèle à ma nature.
— Parfois dit-elle en le regardant audacieusement, droit dans les yeux, il me semble que le mal de l’instant présent vaut mieux que le bien hors d’usage
— C’est donc une révolte, et vous voulez la prendre à bras-le-corps dans ces minces et jolis bras que voilà ?
— …

Naguib Mahfouz.


Le cycle « L’Atelier, les littératures arabes en mouvement » reprendra le dimanche 1er octobre avec la lecture de la dernière pièce d’un jeune auteur de théâtre syrien en cours de traduction : Chroniques d’une ville qu’on n’a jamais connue.

Cette pièce examine le climat croissant de violence à Damas dans la période étroite qui a séparé la révolution tunisienne de 2010 et la formation en juillet 2011 de l’armée syrienne libre.
C’est une histoire d’amour entre deux jeunes femmes (Rola et Nour) à Damas avant et pendant le début de la révolution. En raison de son activisme, les forces de sécurité surveillent Rola et finissent par l’arrêter. Nour doit demander à son père qui est un homme influent d’aider à la libération de Rola.

Institut du monde arabe
Salle du Haut Conseil (niveau 9)

1, rue des Fossés-Saint-Bernard, Paris 5e

Entrée libre dans la mesure des places disponibles.

29 juin 2017