Poème adressé, poème répondu | Jacques Jouet, Camille Bloomfield

Le 21 novembre 2014, Paris-Angoulême

(poème adressé à Camille Bloomfield)

Dans les arènes des vitrines
il y a des gladiateurs et des lions
mais non : des papelards et des livres
non si sa come et certain of my books
un autre disait (Karl Valentin) :
Kunst ist schön, macht aber viel Arbeit.
Les petits cailloux sur les marches
sont parfois des miettes de pain
présentes au four et au pétrin
à table comme au moulin.
Jacques Jouet

Poème répondu

(à Jacques Jouet)
au fil des ans, au fil des ânes,
au vol de mes lectures jouetiennes
et de mes péri-para-pseudos
poèmes de métro
j’adopte peu à peu
le point de vue de l’escargot
qui ralentit et s’endort
rêvant les mots du corps
dans les expressions de la langue française
- son théêtre mental, son chantier motionnel,
la scène usurpée
de sa poésie sérielle -
et quand changeant d’échelle je deviens papillon,
passager furtif de la montagne R,
hôte fragile des bancs d’Excideuil,
en un battement d’ailes
l’histoire se fait poèmes

je suis Romillats et je suis MRM
je suis l’Etna que gravit l’Annette,
je m’engueule avec Vanghel
sur la république romaine,
je titille les cocommunistes
et joue sans crainte au go
avecque les ostrogoths
assénant sans fins
mon supplice de jeux de mots
telle une mauvaise maire,
qui n’aurait peur des maux.
à supposer que j’aille
jusqu’à réinventer,
à l’occasion d’une réunion lancée pour le nettoiement généralisé des
bons sentiments,
la république de Mek-Ouyes
son autoroute à trois pontes
et son air(e) de prolétaire
comme le narrait ce conte,
qu’un jour d’été j’ai lu,
ou que m’a rapporté
je ne me souviens plus,
l’envoyé du
directeur du
musée des
cadeaux des
chefs d’État de
l’étranger,
l’envoyé du directeur du musée des cadeaux des chefs d’État de l’étranger,
à supposer disais-je,
que j’aille jusqu’à réinventer
la République, roman,
j’écrirais alors les actes
d’une
machine ronde et militante
d’une
œuvre ronde et militante
où Mek-Ouyes serait
un amoureux furieux
où le navet serait
un aliment élu
et l’œil-de-vieux

un linge
de sagesse pour les jeunes.
je veux moi aussi qu’on m’enseigne l’amour
comme on l’apprend à l’école hôtelière
et qu’on me dise comment écrire des poèmes
avec mes partenaires
comment rendre plus constant
le savoureux bestiaire
de mes 14 réguliers comprenant leur désir,
et de ces 107 âmes et corps remarqués
mais non goûtés pour le plaisir,
et au moment où je me demande
non sans inquiétude
comment va le monde en ce lieu et en cet instant
je change d’échelle à nouveau
et me réveille au contact froid et serein
d’un baiser de décembre.

Camille Bloomfield

Combrée, le 31 décembre 2014