Raymond Federman, Future Concentration, Poems / Poèmes

Cy Twombly, The Four Seasons : Summer, 1994.


Raymond Federman est né en 1928 à Paris et vit à San Diego (Californie). Écrivain bilingue, il est l’auteur d’une quarantaine de livres. Ses romans ont été traduits en 14 langues.

Voix tendre et moqueuse de l’orphelin qui, contrairement à celle des autres hommes durcissant et s’éraillant avec l’âge, s’assouplit en avançant, comme marchant au-devant de l’enfance, ou voyageant avec elle.

Cette enfance n’est ni celle de Bernanos, ni celle de Perec, ni clair bonheur, ni plaie béante, elle résiste à la transparence, comme la statue de Glaucus, dont Rousseau ne savait si elle avait été irrémédiablement altérée par les intempéries, ou si ses traits demeuraient intacts, sous une couche de concrétions. Un visage chevauchant l’autre...

Future Concentration de Federman se déplace entre deux mondes, de l’un à l’autre, comme le funambule sur son fil haut perché (c’est l’anti-gymnaste de Ponge, possédé par le seul paraître), dont les bras écartés désignent les points d’entrée et de sortie du soleil, et embrassent la ville entière qui regarde, tremble et s’exclame.

LE BILINGUISTE
Pour répondre à la question qu’on me pose tout le temps [let’s see - let me think] non je ne sens pas qu’il y a une espace entre les deux langues qui parlent en moi [yes perhaps just a little space] au contraire [more or less - if you wish] pour moi mes deux langues semblent plutôt se chevaucher [and even sleep together] elles veulent tout le temps jouir ensemble [they want to come together] s’embrasser [tenderly] elles veulent être l’une dans l’autre [be only one] ou si vous préférez [it’s all the same to me] elles veulent se corrompre [...].

THE BILINGUALIST
To answer the question I’m always asked [voyons réfléchissons] No I do not feel that there is a space between the two tongues that talk in me [plus ou moins si on veut] For me the one and the other seem to overlap [et même coucher ensemble] To want to merge [oui se mettre l’une dans l’autre] To want to come together [jouir ensemble] To want to embrace one another [tendrement] To want to mesh one into the other [n’être qu’une] Or if you prefer [ça m’est égal] They want to spoil and corrupt each other [...].


Raymon Federman, Future Concentration, Éditions le mot et le reste, Marseille 2003.

Lire également le n°9 de Fusées, juillet 2005, spécial Federman.

Philippe Rahmy - 4 octobre 2005